Rebecca - Hitchcock - 1940

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
DPG
Extincteur dans l'anus
Extincteur dans l'anus
Messages : 15969
Inscription : 30 avr. 2005, 00:09
Localisation : South Side

Rebecca - Hitchcock - 1940

Messagepar DPG » 04 déc. 2019, 12:41

Un des rares Hitchcock très connus que je n'avais jamais vu.

La retro Hitch à la Cinémathèque m'a motivé à me refaire quelques œuvres du maitre, j'ai donc enclenché le bon vieux DVD Aventi qui prenait la poussière depuis 15 ans sur mes étagères. (DVD assez correct d'ailleurs, à mon agréable surprise !)

Et je sors assez conquis par le film ! Mal aimé par son réal, qui trouve qu'il a été bridé par le producteur (le tout puissant David O. Selznick), le film affiche quand même de sacrés restes (Oscar du meilleur film tout de même !).

L'histoire en deux mots :

Une jeune fille croise la route d'un riche veuf, Maxim de Winter. Très vite, il l'épouse et l’emmène dans sa demeure ancestrale de Manderley, quelque part sur la mystérieuse côte de Cornouailles. Mais très vite, tout dans le lieu et le personnel du château la renvoie à la précédente épouse, Rebecca, dont le souvenir continue de hanter le sombre château ...

Superbe drame gothique, sublimée par le décor impérial de Manderley, "Rebecca" distille très vite une ambiance envoutante qui ne lâchera pas le spectateur d'un bout à l'autre du film. On subit avec le personnage de Joan Fontaine cette pression liée au lieu et à son ancienne habitante. Le personnage du mari (impérial Laurence Olivier) est tout aussi intéressant, veuf résigné, en proie à des sautes d'humeur incontrôlées qui cache peut être quelque chose... La gouvernante glaciale est incroyable, les persos secondaires au diapason (George Sanders plus cynique que jamais) et tout ce carcan étouffant contribue à plonger notre héroïne dans un cauchemar éveillé bien loin de ce qu'elle imaginait en épousant ce charmant châtelain. Mi-drame, mi-thriller, mi-romance contrariée, le film change régulièrement de ton et de style, mais tout en conservant un charme unique, une classe folle, et une aura jamais démentie. Les 2h10 passent comme une lettre à la Poste, et si Hitchcock peut dénigrer son film, l'oeuvre reste d'une richesse et d'une densité qu'on souhaiterait croiser dans plus de "commandes". Bref, une très belle découverte, tardive mais à la hauteur de sa réput', pierre de plus dans l'immense filmo du génie.

Image
"Alors que la plupart des choses finissaient par m'ennuyer, la vodka jamais." (Errol Flynn)

Avatar de l’utilisateur
Prodigy
Paul Verhoeven
Paul Verhoeven
Messages : 7335
Inscription : 10 mai 2005, 21:01
Localisation : avec mon ptit Harry !

Re: Rebecca - Hitchcock - 1940

Messagepar Prodigy » 04 déc. 2019, 18:56

Un des mes Hitch préférés, que je viens tout juste de me choper en Blu-ray en plus [inlove]

Avatar de l’utilisateur
Léo
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2817
Inscription : 11 mai 2005, 18:24

Re: Rebecca - Hitchcock - 1940

Messagepar Léo » 01 mai 2020, 12:01

Adoré aussi ! :-D

On voit clairement que c'est une commande vu que c'est sans doute un des moins "hitchcockien" des Hitchcock mais quel film ! [inlove]

Une ambiance envoutante, un casting au firmament, des ruptures de ton brutales où l'on passe de la romance neuneu au drame gothique ultra anxiogène. Il y a de sacrés moments de cruautés et on souffre pour Joan Fontaine. La maison de Manderley est bien creepy, c'est carrément un perso à elle toute seule.

C'est certes lent et bavard mais toujours passionnant et j'ai pas décroché une seule seconde, malgré les 2h10.

Pas mon Hitch préféré mais dans mon top 5 assurément ! :priere:

Avatar de l’utilisateur
chatterie royale
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2400
Inscription : 09 déc. 2009, 14:20

Re: Rebecca - Hitchcock - 1940

Messagepar chatterie royale » 03 mai 2020, 21:19

Je l'ai vu au lycée et j'avais trouvé ça chiant comme la mort.


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 16 invités