Chien Sauvage (Savage Dog) - Jesse V. Johnson (2017)

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Benj
Tsui Hark
Tsui Hark
Messages : 10115
Inscription : 11 mai 2005, 09:30

Chien Sauvage (Savage Dog) - Jesse V. Johnson (2017)

Messagepar Benj » 23 janv. 2019, 18:58

Image
Un ancien champion de boxe purgeant une peine dans un camp de travail particulièrement hostile doit se battre pour retrouver sa liberté et venger un acte de violence .



Celui là il est légèrement chiant. En tout cas pendant la première et deuxième partie.
Mais quand Scott commence sa vengeance on peut dire qu'il ne se mouche pas du pied. Avant ses combats n'étaient pas forcément très impressionnants et palpitants.
Là pépère décapite, poignarde, coupe et explose la tronche des vilains de belle façon. C'est gore à souhait et tout ça en beaux SFX qui tachent. Y a une tête de légionnaire qui se fait trasher salement au pompe par Scott [inlove]
Il va même jusqu'au cannibalisme en graillant un foie ou un rein d'un gars.
C'est dommage de se taper 1h de blabla et de bastons bof avant.


Avatar de l’utilisateur
Lord Ruthven
Paul Verhoeven
Paul Verhoeven
Messages : 7156
Inscription : 18 août 2005, 20:19

Re: Chien Sauvage (Savage Dog) - Jesse V. Johnson (2017)

Messagepar Lord Ruthven » 18 nov. 2019, 08:37

Un film bien étrange.

Beaucoup de ralentis, de flashbacks bizarre, Scott qui "ressuscite"...on sent une volonté de créer une sorte de film mystique à la Ong Bak 2. De même, les personnages, composés de nazis, pétainistes et terroristes en tout genre (Scott compris), rassemblés dans un trou de jungle perdu, appellent une ambiance façon Convoi de la Peur.

Est-ce que c'est réussi ? Savage Dog est quand même plus proche de Kickboxer - Vengeance que d'autre chose. Les combats sont bizarres, surtout ceux du début qui manquent littéralement d'impact. Et l'une des seules baston qui a un peu de poids, Scott Adkins la gagne comme un gros batard :?

Bref, un film de tape qui expérimente tant bien que mal, et effectivement se termine de bien sale façon (limite il préfigure Rambo 5), malgré des effets de sang en CGI bien bien laids. A voir pour le cadre, le contexte historique (Indochine, années 50) et la propension toujours réjouissante du réalisateur à créer des personnages tordus/non manichéens.
Et c'est le troisième film que je voit de lui qui se termine avec un plan de Scott Adkins immobile dans sa bagnole, ça doit être son fétichisme.


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 31 invités