Night on earth - Jim Jarmusch - 1991

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
DPG
Extincteur dans l'anus
Extincteur dans l'anus
Messages : 15657
Inscription : 30 avr. 2005, 00:09
Localisation : South Side

Night on earth - Jim Jarmusch - 1991

Messagepar DPG » 11 juil. 2019, 15:53

Une nuit, 5 villes, 5 taxis, 5 rencontres.

Premier Jarmusch vu pour ma part, au ciné, à 9 ans, dans le cinéma de mon village ! :metaleux:
J'avais bp aimé. Revu une quinzaine d'années plus tard, et même feeling.
J'ai profité de la rétro Jarmusch de cet été pour me le refaire en salles hier, et j'aime toujours autant. Je pense même que c'est mon Jarmusch préféré ! :-D

Film à sketches où, miracle, les 5 segments sont bons ! On peut avoir ses préférences, mais il n'y a pas de vrai raté ou de faute de gout notable. Le premier à L.A. met en scène Gena Rowlands et Winona Ryder. Sympa, léger, distrayant. Assez anecdotique, mais plutôt bien vu pour l'époque, surtout qd on repense à l'envie d'être une star de tous les jeunes d'aujourd'hui. Petit bémol pour Winona pas forcément hyper crédible dans son rôle de garçon manqué / taxi / mecano, mais le tout reste attachant. Ensuite NY, avec un tandem Esposito / Mueller Stahl au top (qui devient trio en cours de route). Drôle, touchant, les deux persos sont très attachants, c'est bien emballé, poétique, urbain, universel, belle réussite. Ensuite Paris. Isaach de Bankolé / Dalle, belle réussite là aussi, un immigré, une aveugle, une discussion entre incompréhension, non sens, éloge des différences dans un Paris by night qui semble si loin. Puis Rome, one man show Benigni au top de sa forme face à un curé. On aime ou pas, mais l'italien a un abattage de folie et semble mieux cadré chez Jarmusch que ds ses propres réals. J'ai beaucoup ri perso. Enfin, Helsinki. Les figures les moins connues, le récit le plus sombre, mélancolique, avec ces pochtrons et ce chauffeur un peu tristoune qui colle parfaitement à la froideur de la ville. Touchant et une belle conclusion à ce petit moment hors du monde.

Au final, on trouve toutes les qualités du cinéma de Jarmusch (sens du dialogue, direction d'acteurs, poésie urbaine), mais sans les défauts qui viendront parfois parasiter son oeuvre par la suite (empilage de guests, décalage un peu surjoué, aspect trop arty). Un très beau film.

Image
"Alors que la plupart des choses finissaient par m'ennuyer, la vodka jamais." (Errol Flynn)

Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 31 invités