Le Spécialiste - Sergio Corbucci (1969)

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Nicolas
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 4169
Inscription : 22 mars 2006, 20:18
Contact :

Le Spécialiste - Sergio Corbucci (1969)

Messagepar Nicolas » 13 juin 2018, 11:46

Image

Étant un grand fan du "grand silence" et n'ayant jamais vu cet opus spag, realisé juste aprés, je me suis rué sur le blu-ray sorti ce mois ci chez TF1 Studio. Mal m'en a pris.
Le film est brouillon, mou, assez peu incarné sur un sujet qui annonce finalement "l'homme des hautes plaines" au niveau de réussite incomparable.
Ici l'intrigue se traine, les séquences brouillonnes s'enchaînent, Johnny Hallyday a une présence pas si mal, en tous cas plus convaincante que la désolante Françoise Fabian, hors sujet... Corbucci se révèle ici d'une paresse problématique.
Ne pas attendre de fulgurance ici, il n'y en a pas.
Dernière édition par Nicolas le 13 juin 2018, 17:25, édité 1 fois.
"le couloir Rosenthalien catalyse la quintessence freudienne du vide dans son cul" Meltingman, avril 2009.

Avatar de l’utilisateur
Lord Ruthven
Paul Verhoeven
Paul Verhoeven
Messages : 6922
Inscription : 18 août 2005, 20:19

Re: Le Spécialiste - Sergio Corbucci (1969)

Messagepar Lord Ruthven » 13 juin 2018, 12:22

Une belle ambiance, Johnny a quelques punchline bien senties, des hippies de l'ouest, une côte de maille...mineur mais pas si mal.

Après, de là à le comparer au Grand Silence ou même Django...
Image

Avatar de l’utilisateur
Nicolas
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 4169
Inscription : 22 mars 2006, 20:18
Contact :

Re: Le Spécialiste - Sergio Corbucci (1969)

Messagepar Nicolas » 13 juin 2018, 17:28

Lord Ruthven a écrit :Johnny a quelques punchline bien senties..


Anéfé!
J'ai particulièrement gouté lorsque son perso claque à Fabian qu'elle est desséchée. :D
Globalement, Hallyday est plutôt bien d'ailleurs dans le film (quel beau gosse, en passant, à l'époque), dans un registre mono expressif post-Eastwood. La copie de TF1 Studio fait la part belle à son regard bleu acier qui fait bien le job dans cet univers.
Dommage que le film soit si mal rythmé...
"le couloir Rosenthalien catalyse la quintessence freudienne du vide dans son cul" Meltingman, avril 2009.


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités