The Beast In The Cellar - James Kelly (1970)

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2724
Inscription : 02 mai 2005, 12:58
Localisation : DeCoteau City
Contact :

The Beast In The Cellar - James Kelly (1970)

Messagepar Superwonderscope » 28 juin 2005, 13:08

Image

Produit par la Tigon de Tony Tenser, ce fut l'un des deux films réalisés par James Kelly (et ecrit de sa main).

Deux soeurs (Flora Robson et Beryl reid) vivent dans une maison reculée du Lancashire. Une série de meurtres violents, uniquement sur des soldats, se déroule dans le voisinnage. Lacérés, égorgés, énucléés, la police pense à un animal sauvage. Mais cela va sans une espèce de chose enfermée dans la cave de la maison des deux vieilles filles qui visiblement a réussi à s'échapper.

Le film fut assez conspué à sa sortie et est tombé pratiquement dans l'oubli depuis. C'est bien dommage car malgré ses petites erreurs ça et là, il vaut bien un reconnaissance des fans que nous sommes.

De par son ton plutôt léger, où deux adorables ladies vivent sur leur 5 o'clock tea, leur chocolat chaud et leur maison adorablement aménagée. Puis dans cette cave sombre et humide où elles ont emmuré leur frére il y a trente ans. Cette opposition de thème demeure tout àfait britannique. Une sorte de flegme morbide tranquille parsème le film. Film qui a d'ailleurs été remonté à la demande Tony Tenser qui voulait plus de chocs et moins de blabla.

le but de James Kelly était de faire un drame psychologique familial et pas un shocker. Ce qui occasione d'ailleurs quelques déséquilibes entre la première et la deuxième partie du film, ainsi que la gratuité de certaines scènes(notamment le soldat et sa petite copine dans la grange, et l'insistance de la camera sur la petite culotte de la donzelle qui glisse le long de la jambe).
L'ambiance très "old england" est la plus réussie, avec l'irruption soit de l'irrationnel ou de la noirceur du propos qui vient dérégler une mécanique bien trop précise.

Ainsi le réalisateur a pris le soin de ne dévoiler la "bête" qu'à la toute fin du film. Plutôt intelligent, car on se demande bien à quoi elle ressemble. Le spectateur ne distingue que ses longues griffes qui viennent lacérer ces pauvres soldats. On a d'ailleurs le droit à un oeil qui sort de son orbite (que Beryl Reid remet en place à la va-vite!)et des gorges creusées à coup de griffes.

le film développe aussi plusieurs thèmes, entre anti-guerre et séclusion familiale, le sens absurde du sacrifice... ce qui peut d'ailleurs nuire à la logique du film. Mais les shockers font rarement du sens commun leur apanage.

Les passages les plus réussis sont ceux entre les deux soeurs. des dialogues vifs et une interprétation hors pair de Flora Robson, plus dominatrice et clé de l'énigme et Beryl Reid, pour une fois dans un rôle plus simple, émouvant et terrible que, par exemple, Qui a Tué Sister George?. leur relation, complexe et confinée, tourne parfois àcoup de règlement de compte et de répliques vachardes. sans la volonté de transformer ce couple en nième Baby Jane. Car leur complicité se forme dans l'adversité.

C'est plutôt bien vu, jamais ennuyeux et témoin du changement qui s'opérait dans le cinéma britannique de genre de l'époque. l'ajout d'un thème social et le fait que pour une fois ce fussent des victimes masculine donnent dans une originalité non dénué d'intérêt.
On peut aussi y voir que Stuart Gordon y a puisé la plupart de ses idées pour son Castle Freak.

VU dans la Tigon Box de chez Anchor Bay UK.
1.85:1 avec 16/9 , vo anglaise ( mono deux canaux, 5.1 et DTS) et st anglais.
Un commentaire audio, des notes sur le film et unebio de chaque actrice, le trailer original et des galeries photos.

La copie présentée estde bonne facture, peut etre un peut trop surexposée par instants dans les scènes extérieures -dans le jardin de la maison au moment de la première scène avec Beryl Reid - et des sombres trop prononcés. Mais un bon rendu général.
"I want a man who can fuck all night
and talk about Shelley Winters filmography in the morning"

bill carson
Rob Zombie
Rob Zombie
Messages : 32
Inscription : 17 mai 2005, 22:49

Messagepar bill carson » 28 juin 2005, 21:47

Sorti une première fois en VHS chez Fennec Vidéo (donc ultra-rare, et même pire), puis réédité en petit boîtier genre Initial sous le titre Le monstre des oubliettes. Un bon petit film comme les anglais savaient alors les faire (je pense aussi à Ghoul dans le même style "monstroïde caché").

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2724
Inscription : 02 mai 2005, 12:58
Localisation : DeCoteau City
Contact :

Messagepar Superwonderscope » 29 juin 2005, 13:25

bill carson a écrit :Sorti une première fois en VHS chez Fennec Vidéo (donc ultra-rare, et même pire), puis réédité en petit boîtier genre Initial sous le titre Le monstre des oubliettes.


vivivi, la VHS avec le visuel de the Ogre de Lamberto Bava :D
"I want a man who can fuck all night
and talk about Shelley Winters filmography in the morning"


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 15 invités