Quand faut y aller, faut y aller - E.B Clucher (1983)

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2724
Inscription : 02 mai 2005, 12:58
Localisation : DeCoteau City
Contact :

Quand faut y aller, faut y aller - E.B Clucher (1983)

Messagepar Superwonderscope » 08 févr. 2006, 08:56

ou en hongrois : Nyomas Utana!

Image


alors que dire... d'abord le film est beaucoup trop long. 1H44 sur le DVD magyar. Il faut attendre presque 45 mn pour aboutir à la mise en marche du scénario.
Les 2 zygotos (Hill qui traverse le sud des Etats Unis en roller, Spencer qui sort de taule) sont pris pour des agents secrets et finissent par combattre un super méchant qui veut dominer le monde. Le film hésite entre la grosse pantalonnade pour gamins et la parodie de James Bond( le méchant ressemble un peu à Blofeld et caresse un basset hound au lieu du chat blanc de rigueur).
Cichés raciaux habituels des 80's : les asiatiques sont FORCEMENT des experts en arts martaux qui hurlent et gesticulent dans tous les sens. Avant de se prendre des claques de la part du Bud. Quelques gags non-sensiques en parallèle de cette scène (adont au restaurant, avec le serveur aveugle portant des verres qui traverse la scène de bagarre sans rien renverser :D ) sont parmi les meilleurs du film.
Les quelques nanas qui traversent le film jouent comme des savates (notamment la serveuse longiligne au sourire de bécasse trisomique qui tente de faire exploser Hill avec un cocktail). On y retrouve Faith Minton qui jouait dans l'excellent et méconnu Rosy La Bourrasque de Mario Monicelli ou elle jouait une catcheuse . (role de catcheuse qu'elle reprendra dans Deux Filles au tapis d'Aldrich)

le scénario approximatif tente désepérément de lier les saynètes de bagarres et de complicité des deux acolytes. C'est, comme à leur habitude, ce qui marche le mieux.
La mise en scène est purement fonctionnelle et le tout est quand à peine passable, allant clopin-clopant jusqu'au bout du métrage. C'est tut à fait inoffensif, fait avec une évidente bonne humeur, provoque quelques rires ça et là. Mais strictement sans aucun intéret.
Cela m'a donné l'occasion de voir un film de Hill &Spencer pour la première fois en version anglaise. On y entend que Spencer a été doublé (au début assez grossièrement) et l'humour est différent des V.F et des V.I : chaque langue adoptant des blagues propres à l'humour national.

Ceci dit, dans un grand vent de tolérance, le film aligne son quota de remplisseur d'1H44 de vie sans rien à faire.
C'est quand même un peu long!

A vérifier : le scénario est ecrit par Marcotullio Barboni, qui semblerait etre le fils de E.B Clucher/Enzo barboni? Il a aussi écfrit Attention les Degats, Renagade ...et le rejeton de la série des Trinita en 1995 : le Fils de Trinita, réalisé aussi par Enzo Barboni :D
"I want a man who can fuck all night
and talk about Shelley Winters filmography in the morning"

Avatar de l’utilisateur
Basculo Cui Cui
John Milius
John Milius
Messages : 15947
Inscription : 29 avr. 2005, 19:10
Localisation : a la plage

Re: Quand faut y aller, faut y aller - E.B Clucher (1983)

Messagepar Basculo Cui Cui » 19 nov. 2019, 08:37

Image


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 11 invités