La belle époque - Nicolas Bedos - 2019

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
DPG
Extincteur dans l'anus
Extincteur dans l'anus
Messages : 15659
Inscription : 30 avr. 2005, 00:09
Localisation : South Side

La belle époque - Nicolas Bedos - 2019

Messagepar DPG » 18 nov. 2019, 15:08

Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversée le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise propose à ses clients de replonger dans l’époque de leur choix. Victor choisit alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour...

Le nouveau film de Nicolas Bedos, pour un trip à mi-chemin entre "Westworld" et "Truman show" made in France. Et bien contre toute attente (du moins me concernant), j'ai trouvé ça très bon ! :)

Je m'attendais vraiment pas à ça, mais j'ai été à fond dedans d'un bout à l'autre. L'histoire se tient bien, c'est bien foutu, rythmé, efficace, avec un bon équilibre entre humour et gravité. Les persos sont vraiment super bien croqués, Auteuil est très touchant, Fanny Ardant fait des merveilles, Doria Tillier est très attachante, et même Guillaume Canet est très bon ! Le film exploite bien son sujet, explorant pas mal de thèmes, sur le temps qui passe, la nostalgie, l'herbe qu'on imagine souvent plus verte ailleurs, mais aussi les rapports entre réel et imaginaire, vie perso et travail d'artiste. C'est un film bp plus riche qu'il n'en a l'air au premier abord, mais jamais étouffant ou trop lourd pour autant. On sent un vrai amour pour la période des 70's décrite par le héros, mais sans que ça vire au fantasme absolu ou au souvent simpliste "c'était mieux avant". Tout ça est finalement assez intemporel, mais le ton sonne vrai et j'ai marché à fond ! Visuellement, ça tient la route, de belles ambiances, un joli travail sur les reconstitutions, et la dimension méta de tout cet aspect "factice". Et les dialogues font souvent mouche, on sent un vrai sens de la formule chez l'auteur, mais sans tomber dans la démonstration ou la volonté de faire un dialogue culte à tout prix. Enfin voilà, je m'attendais vraiment pas à ça, c'est pour moi une très belle surprise, un vrai coup de cœur. A voir, assurément.

Image
"Alors que la plupart des choses finissaient par m'ennuyer, la vodka jamais." (Errol Flynn)

Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 28 invités