La Coupe à 10 francs - 1974 - Philippe CONDROYER

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Mike Hunter
Bruno Mattei
Bruno Mattei
Messages : 100
Inscription : 13 juil. 2014, 01:18
Contact :

La Coupe à 10 francs - 1974 - Philippe CONDROYER

Messagepar Mike Hunter » 19 oct. 2019, 18:12

Image

André, jeune ouvrier dans une ébénisterie, et ses copains ont les cheveux longs. Le patron leur ordonne de couper leur tignasse, mais ils refusent.

La province ouvrière française de l'après-68. Les Trentes Glorieuses touchent à leur fin et le pire reste à venir. La désindustrialisation et le chômage de masse des années 80 dévasteront ce que l'on appellera le périurbain. Les mœurs commencent à se libérer, mais la Gauche n'est pas encore au pouvoir, les patrons restent les patrons.

Inspiré d'un fait divers, La Coupe à 10 francs est un bon film qui décrit le parcours d'un jeune homme sans histoire qui se heurte à plus fort que lui et finit par le payer cher. Interprété par Didier SAUVEGRAIN (la belle gueule de voyou du cinéma français), André n'est pas l'avant-grade éclairée du prolétariat. C'est juste un type normal qui aspire mener sa petite vie normale avec son boulot, ses virées au bistrot avec les copains, sa petite amourette avec une fille des PTT et qui rentre chez ses parents le week-end. Il n'aspire pas à être un héros ou un symbole, mais va le devenir malgré lui.

Si le film a d'évidentes qualités (interprétation, écriture mise en scène) et quelques défauts (quelques seconds rôles mal dirigés, des erreurs dans la narration), il est fascinant par sa retranscription de la France ouvrière des années 70 et des rapports sociaux inhérents. Certes, de nos jours le paternalisme patronal n'existe plus, mais la pression sociale vous impose toujours un code de conduite que vous devez respecter. La Coupe à 10 francs est à la fois très daté (le monde qu'il décrit n'existe plus ou est en voie de disparition) et totalement contemporain par son analyse des rapports sociaux (Même si vous avez raison, c'est celui qui a le pouvoir qui aura le dernier mot en fin de compte. Même dans une start-up, le patron reste le patron).

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités