Ad Astra - James Gray - 2019

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
kevo42
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 4933
Inscription : 24 août 2009, 13:58
Contact :

Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar kevo42 » 20 sept. 2019, 22:40

Dans un futur proche où l'humanité a colonisé la lune et mars, Brad Pitt est un spationaute réputé. Son père, héros de l'exploration spatiale a disparu lors d'une mission devant l'amener aux confins du système solaire pour pouvoir communiquer avec d'éventuels extraterrestres.
Quand de grosses ondes électromagnétiques proviennent de Neptune, la Space Company se dit que l'expédition perdue est peut-être revenue. A Brad Pitt d'aller régler le bordel.

Image




Je pourrais pratiquement faire un copier coller de mon avis de the lost city of Z, dont AD Astra est un peu la version dans l'espace.

Brad Pitt va sur une planète, il lui arrive une couille, puis il va sur une autre planète, etc.
Entre chaque planète, il a des réflexions aussi profondes que Johnny Depp dans la pub Sauvage.
De temps en temps il y a un lens flare.
A la fin, il y a une réflexion profonde sur l'humanité.

Ou, comme dit Jean-Marc Lalanne des Inrocks cité par Allociné : "Cette mise en espace dilate, agrandit, amplifie le nœud œdipien ; et en même temps, elle le dépouille, l’épure. Sur fond de grand monochrome noir constellé de faibles lueurs d’argent, le scénario grayen n’a jamais été aussi nu, linéaire, limpide, à l’os."

Bon, je ne suis pas Cyril donc je ne crierai pas à l'arnaque, car le film a aussi des qualités, mais enfin je ne suis pas client.

Ce que je ne comprends pas surtout, c'est pourquoi James Gray veut faire des films d'exploration, d'aventure, mais refuse toute notion d'action. La course poursuite sur la lune est hyper molle, comme si c'était sale de faire une scène d'action.

Et puis, honnêtement, je trouve que ce n'est pas vraiment si intelligent.

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Et du coup c'est bête mais je me demande ce qu'aurait fait James Cameron de scénarios comme celui-là ou the lost city of z.
"Gambader dans la campagne, de préférence nu, semble être le projet n°1 du cinéma français" (Les cahiers du cinéma)

Avatar de l’utilisateur
chatterie royale
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2283
Inscription : 09 déc. 2009, 14:20

Re: Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar chatterie royale » 22 sept. 2019, 04:18

Ou, comme dit Jean-Marc Lalanne des Inrocks cité par Allociné : "Cette mise en espace dilate, agrandit, amplifie le nœud œdipien ; et en même temps, elle le dépouille, l’épure. Sur fond de grand monochrome noir constellé de faibles lueurs d’argent, le scénario grayen n’a jamais été aussi nu, linéaire, limpide, à l’os."


:headexpose:




Entre ça et les mecs qui reprochent à rambo de faire du rambo, on est bien servi.

Avatar de l’utilisateur
DPG
Extincteur dans l'anus
Extincteur dans l'anus
Messages : 15673
Inscription : 30 avr. 2005, 00:09
Localisation : South Side

Re: Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar DPG » 30 sept. 2019, 10:01

Mitigé. Après faut dire que je n'aime pas du tout la SF et que les mecs qui flottent au ralenti dans une navette ou dans l'espace en réfléchissant à la condition humaine, ça me passionne autant qu'une journée ds un EHPAD filmée par Eric Rohmer. Bon, là, c'est James Gray, donc j'ai tenté le coup. J'ai pas passé un mauvais moment. C'est visuellement magnifique, Brad Pitt est très bon. Il y a des moments intéressants, des pistes de réflexion soulevées assez riches. Mais ça reste aussi assez frustrant, à trop vouloir jouer la retenue à tout prix, on perd un peu d’intérêt au truc... Comme l'a dit kevo, il y a un gros parallèle avec "Lost city of Z", avec ces héros qui n'arrivent pas à vivre dans un monde "normal", et qui le fuient à la moindre occasion pour des contrées lointaines (la jungle / l'espace), en quête d'une exploration sans fin. Le film a un peu les mêmes qualités et défauts que le précédent donc, si ce n'est que j'ai trouvé Brad Pitt plus attachant que Charlie Hunnam. Je craignais de trouver le temps long, ça n'a pas été le cas. En salles, on se laisse porter, bercer, on apprécie le rythme particulier, si loin du cinéma actuel. De là à revoir le film un jour, c'est une autre question...
"Alors que la plupart des choses finissaient par m'ennuyer, la vodka jamais." (Errol Flynn)

Avatar de l’utilisateur
F-des-Bois
Jess Franco
Jess Franco
Messages : 524
Inscription : 10 juil. 2007, 10:53

Re: Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar F-des-Bois » 01 oct. 2019, 13:19

Bah moi j'étais à fond...j'ai suradoré et je trouve qu'y a tout le long des petits morceaux de bravoure, des sortes de mini défi techniques que Gray a relevé haut la main.

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Le genre de film pour lequel je suis content de me déplacer en salles.

Avatar de l’utilisateur
Bast
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 4540
Inscription : 20 juin 2005, 17:08

Re: Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar Bast » 02 oct. 2019, 08:57

bon, vos deux avis ont fini de me convaincre, j'y vais ce we
Image

Avatar de l’utilisateur
Basculo Cui Cui
John Milius
John Milius
Messages : 15885
Inscription : 29 avr. 2005, 19:10
Localisation : a la plage

Re: Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar Basculo Cui Cui » 06 oct. 2019, 18:35

à voir évidemment au ciné, visuellement ça défonce [inlove]

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher



sinon la came que doit prendre J.M. Lalanne doit etre puissante [inlove]
Image

Avatar de l’utilisateur
Basculo Cui Cui
John Milius
John Milius
Messages : 15885
Inscription : 29 avr. 2005, 19:10
Localisation : a la plage

Re: Ad Astra - James Gray - 2019

Messagepar Basculo Cui Cui » 21 nov. 2019, 09:20

Image

quel visuel hideux :crazymeuh:
Image


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 19 invités