Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Jeremie
Gens Poutre
Gens Poutre
Messages : 6729
Inscription : 07 avr. 2008, 13:25
Contact :

Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Jeremie » 28 déc. 2014, 19:43

Image

Andrew, 19 ans, joue de la batterie. Un professeur de son conversatoire, le redouté Mr Fletcher, l'embarque dans son groupe. Mais l'homme, perfectionniste, ordurier et inflexible, va lui en faire voir de toutes les couleurs...

C'est donc le film sur lequel la presse se branle ce mois-ci. Est-ce justifié ?
Assez oui. Déjà parce que Whiplash est un film sans trop d'équivalent, et qui aiguisera l’intérêt d'un public plus large que les amateurs de jazz. Ce n'est pas la musique qui compte tant ici, mais comme on l'a joue. Et les rapports maître/élève qui en découle. Et autant dire que ça décape ici :D
On joue dans la sueur et dans le sang, ça fait mal, ça épuise. Là où la transcendance doit passer par la violence. Jk Simmons est complètement hallucinant :shock: avec un rôle à la Lee Ermey dans Full Metal Jacket, mais avec une ambiguïté vraiment déstabilisante. Y'a des scènes très éprouvantes où on a qu'une envie : lui enfoncer les baguettes dans les yeux :D
Le tout avec une mise en scène jamais branchouille, qui a ce qu'il faut en énergie avec des scènes musicales plus proche du combat que du concert sympa. Très très bon.

Avatar de l’utilisateur
Natale
Michel Ricaud
Michel Ricaud
Messages : 4446
Inscription : 15 août 2005, 20:19
Localisation : Latitude : 41.860724 Longitude : 8.791398

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Natale » 28 déc. 2014, 20:41

Très envie de voir le film pour JK Simons qui a interprété l'un des méchants les plus flippants sur un écran dans la série OZ.

Avatar de l’utilisateur
Daphne
Bruno Mattei
Bruno Mattei
Messages : 207
Inscription : 16 sept. 2011, 17:41
Localisation : The Lyon's lair
Contact :

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Daphne » 30 déc. 2014, 10:57

Vu et pas touchée.
Je n'ai pas eu d'empathie pour le jeune Andrew, trop arrogant à mon goût, et donc quand il se fait pourrir par Fletcher, j'en avais rien à foutre.
Comme c'est 50% du film, je suis donc pas rentrée dedans du tout.
D'un point de vue esthétique c'est léché, mais légèrement pompeux - bah c'est inspiré du jazz quoi.
Par contre c'est au niveau du montage que ça fonctionne à mort : rythme inégal, alternant plans longs et plans ultra-courts, disséminés sans logique habituelle, sans qu'on les attende, c'est surprenant et ça marche.
Image

Avatar de l’utilisateur
Basculo Cui Cui
John Milius
John Milius
Messages : 15449
Inscription : 29 avr. 2005, 19:10
Localisation : a la plage

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Basculo Cui Cui » 04 janv. 2015, 20:07

Jeremie a écrit :Image

Andrew, 19 ans, joue de la batterie. Un professeur de son conversatoire, le redouté Mr Fletcher, l'embarque dans son groupe. Mais l'homme, perfectionniste, ordurier et inflexible, va lui en faire voir de toutes les couleurs...

C'est donc le film sur lequel la presse se branle ce mois-ci. Est-ce justifié ?
Assez oui. Déjà parce que Whiplash est un film sans trop d'équivalent, et qui aiguisera l’intérêt d'un public plus large que les amateurs de jazz. Ce n'est pas la musique qui compte tant ici, mais comme on l'a joue. Et les rapports maître/élève qui en découle. Et autant dire que ça décape ici :D
On joue dans la sueur et dans le sang, ça fait mal, ça épuise. Là où la transcendance doit passer par la violence. Jk Simmons est complètement hallucinant :shock: avec un rôle à la Lee Ermey dans Full Metal Jacket, mais avec une ambiguïté vraiment déstabilisante. Y'a des scènes très éprouvantes où on a qu'une envie : lui enfoncer les baguettes dans les yeux :D
Le tout avec une mise en scène jamais branchouille, qui a ce qu'il faut en énergie avec des scènes musicales plus proche du combat que du concert sympa. Très très bon.



pareil ! quand le generique de fin apparait, j'ai eu l'impression de me prendre une claque !!!

:beignet2: :beignet2: :beignet2:
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremie
Gens Poutre
Gens Poutre
Messages : 6729
Inscription : 07 avr. 2008, 13:25
Contact :

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Jeremie » 04 janv. 2015, 20:39

Apparemment y'a beaucoup de séances (dont la mienne) où les gens applaudissent à la fin :D

Je suis parti voir le film en me disant "pourquoi pas". J'ai suivi le film en me disant "c'est pas mal du tout". Et après coup c'est vraiment un claquage de beignet [inlove]
J'irais même jusqu'à dire que c'est un film sur le claquage de beignet :D

Avatar de l’utilisateur
Kerozene
Paul Verhoeven
Paul Verhoeven
Messages : 6588
Inscription : 28 avr. 2005, 22:22

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Kerozene » 05 janv. 2015, 12:06

Beaucoup aimé également.
C'est assez génial de voir à quel point Chazelle parvient à créer un suspense et une tension dignes d'un polar avec seulement quelques mecs assis dans une pièce et un sociopathe qui lève les bras.
J.K. Simmons est tétanisant dans son rôle de gros connard.
Image

Avatar de l’utilisateur
burialoftherats
Sparkling Peach
Sparkling Peach
Messages : 1715
Inscription : 25 avr. 2006, 15:17

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar burialoftherats » 07 janv. 2015, 16:09

premier :beignet2: de l'annee pour moi.
Bon j'aime beaucoup le jazz, ca aide.

Et comme dit plus haut, une putain de tension tout le long avec une mise en scene seche de chez seche [inlove]

Avatar de l’utilisateur
Steve
Paul Verhoeven
Paul Verhoeven
Messages : 6581
Inscription : 30 avr. 2005, 17:09
Localisation : Prague

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Steve » 31 janv. 2015, 19:36

:beignet2:

... ici aussi. Outre la perf des deux acteurs principaux, le film est une sacree leçon de mise en scène. Et faut avoir du flair pour visualiser le script qui somme ne devait pas paraître très profond (dans le sens ou il va droit au but avec un seul niveau de lecture). C'est surtout par la science du montage que tout prend son sens. En matière de film sur la relation mentor/disciple, on a une oeuvre majeure.

Avatar de l’utilisateur
Steve
Paul Verhoeven
Paul Verhoeven
Messages : 6581
Inscription : 30 avr. 2005, 17:09
Localisation : Prague

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Steve » 28 févr. 2015, 19:17

Le court original


Avatar de l’utilisateur
superflo
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 3800
Inscription : 24 janv. 2006, 13:10
Localisation : une petite île de Méditerranée
Contact :

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar superflo » 26 févr. 2017, 21:35

:beignet2: :beignet2:

Whiplash, c'est Fame, mais avec le sergent instructeur Hartman de Full metal Jacket comme prof de musique...
Whiplash, c'est un film de sport, le dépassement de soi toussa toussa, avec de la sueur, du sang, des larmes et un peu de bave... mais à la place du sport, c'est de la musique.
Même pas tout à fait de la musique en fait, plutôt la base même de la musique, son tempo, son rythme, la batterie.
Fletcher il est pas gentil, il est même carrément méchant avec Andrew, qui n'est pas forcément un mec hyper sympa soi dit en passant. Mais il est pas méchant gratuitement Fletcher, il est super méchant pour une raison, pour tirer le meilleur du meilleur, le best of ze best du potentiel jeune prodige.
C 'est un film d'hommes, Fletcher a un peu une tête de nœud soit dit en passant. Les femmes sont inexistantes, Andrew a bien pécho une Nicole dans la vie, mais il la largue pour pas devenir un loser (d'ailleurs au cas vous avez pas bien compris le truc, son père a attendu de se faire larguer au lieu de jeter sa femme, du coup c'est un loser). C'est tellement un film de mecs que 90% du flot énorme d'insultes qui se déverse de la gueule hurlante de Fleitcher sont des insultes homophobes...

La force du film c'est d'abord sa mise en scène, un montage génial, qui arrive à nous focaliser uniquement sur les deux personnages même quand 20 personnages sont en arrière plan, un montage qui fait que même losrqu'un seul des deux est à l'écran, même seul dans une pièce, on a l'autre en tête. Les gros plans, sur les visages, les inserts sur le sang, sur les instruments, donnent l'impression qu'on est là, dans la pièce avec eux, mais invisibles, inconsistants pour eux. Pas moyen de s'échapper de ces scènes hyper anxiogènes, l'ambiance est claustrophobique.
La seconde force, c'est bien sur JK Simmons qui livre une performance magistrale, glaçant, tétanisant, le manipulateur malfaisant dans toute sa splendeur ! L'incarnation de nos cauchemars enfantins de prof injuste, insultant, humiliant. C'est bien simple, dans le Larousse, on a mis son nom en définition de l'autoritarisme. A tel point quand il fait son geste de la main pour faire cesser la musique, on a envie de fermer sa gueule. Je suis sure qu'au ciné, chaque fois qu'il faisait ça, toute la salle se taisait... Coincé tout face à lui en gros plan, on a envie qu'andrew lui encastre sa grosse caisse dans la tronche, pour nous soulager nous encore plus que lui. Ou bien on a envie de taper Andrew jusqu'à ce qu'il soit « in my tempo » juste pour que l'affrontement s'arrête.
Pourtant, malgré toute l'envie qu'on a de le détester, on y arrive pas (hop, une scène par ci ou il est sympa avec une gamine, une larme par là versé pour un étudiant mort, et pouf, on se fait avoir, on rentre dans son jeu de pervers « bah finalement c'est un connard avec un bon fond si ça se trouve »).
Parce qu'au final, le message du film est ambigu...non même pas ambigu en fait... la fin ne laisse pas vraiment place au malentendu... Le message est clair. La fin justifie les moyens. Fletcher prône l'art pour l'art, au détriment de tout, des gens, des sentiments, de l'estime, du bonheur de taper sur une batterie, de la santé, de la vie même... Et la fin lui donne raison. La violence, le harcèlement, l'immondice, ça paye ! Ça révèle des génies... Et les autres, les plus faibles, ou du moins les moins forts ? Et bien qu'ils crèvent... c'est triste mais tant pis pour eux, ils avaient qu'à encaisser...
Entre son vrai père « loser » proclamé, prof réussi comme trop d'artistes loupés, celui qui a toujours été là bienveillant, protecteur, et le mentor aussi doué que pervers, qui a failli le tuer, qui en a en un sens, déjà tué un autre, Andrew choisira le mentor. Celui qui tirera le meilleur de lui ! Pas le meilleur en tant qu'humain, uniquement le meilleur en tant que musicien.
Alors en dépit de qualité esthétiques, de jeu et de mise en scène indéniables, je devais en tout état de cause détester le propos du film, bien loin de ma vision de la vie... Et bien non en fait. Je ne dis pas que j'y adhère, mais le point de vue se défend, il ouvre au moins le débat en tout cas. La gloire oui, mais à quel prix ? J'ai des sentiments ambigus finalement sur ce débat. Peut être parce que j'aime l'art, j'aime les génies artistiques, c'est eux qui me font vibrer, qui m'ont passionné, parce que c'est ça que je voulais être moi, quand je serai grande, et qu'à la place, je suis moi... parce qu'une partie de moi (même si j'ai conscience que j'aurai fini dans le camp du dépressif suicidé que dans celui du génie révélé, ne nous leurrons pas) aurait aimé que quelqu'un sorte quelque chose de moi, aurait rêvé d'être quelqu'un plutôt que d'être ce moi banal et anodin.
Parce que ce qui marche c'est qu'on se dit que quand même il est sympa de s’intéresser à Andrew, il aurait juste pu le laisser « finir dans un groupe de rock ». D'ailleurs, je me suis interrogé sur les autres personnages, ceux du second plan, le reste de l'orchestre, qui en subit à priori autant qu'andrew, autant de persos, autant de destins à imaginer...
Il faut dire que j'y ai vu finalement des victimes consentantes. Pas séquestrés, pas contraintes physiquement. Rien ne les empêche de se lever, d'en coller une au bad guy et de se casser dans l'orchestre d'à côté, un chouïa moins bon, mais quand même bien plus sympa. Dans le sadomasochisme, il faut bien, en plus du sadique, un maso qui trouve son compte...
Parce que je trouve enfin qu'on peut difficilement encenser Kubrick et consorts en tant que cinéphile, et jeter l'opprobre sur Fletcher...
Superflo, toujours là quand il faut!!

If you talk to god, you're religious, if god talks to you, you're psychotic!!

Avatar de l’utilisateur
Basculo Cui Cui
John Milius
John Milius
Messages : 15449
Inscription : 29 avr. 2005, 19:10
Localisation : a la plage

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Basculo Cui Cui » 26 févr. 2017, 21:41

j'aimerai bien écrire plus de 10 mots comme toi [inlove] :priere:
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
superflo
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 3800
Inscription : 24 janv. 2006, 13:10
Localisation : une petite île de Méditerranée
Contact :

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar superflo » 26 févr. 2017, 21:42

tu les lis au moins? :D :D

mais tu sais, la concision est un art :D !
Superflo, toujours là quand il faut!!

If you talk to god, you're religious, if god talks to you, you're psychotic!!

Avatar de l’utilisateur
Basculo Cui Cui
John Milius
John Milius
Messages : 15449
Inscription : 29 avr. 2005, 19:10
Localisation : a la plage

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Basculo Cui Cui » 26 févr. 2017, 21:45

en diagonale :metaleux: :metaleux: :metaleux:
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
superflo
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 3800
Inscription : 24 janv. 2006, 13:10
Localisation : une petite île de Méditerranée
Contact :

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar superflo » 26 févr. 2017, 21:51

:D :D
Superflo, toujours là quand il faut!!

If you talk to god, you're religious, if god talks to you, you're psychotic!!

Avatar de l’utilisateur
Natale
Michel Ricaud
Michel Ricaud
Messages : 4446
Inscription : 15 août 2005, 20:19
Localisation : Latitude : 41.860724 Longitude : 8.791398

Re: Whiplash - Damien Chazelle - 2014

Messagepar Natale » 27 févr. 2017, 15:11

je suis pas d'accord sur le sens de la fin. Le prof à la fin ne cherchait pas à le transformer en génie de la musique mais bien à l'anéantir par vengeance. C’est en l'affrontant que le héros s'impose sur scène malgré l'opposition du prof qui est obligé de s'incliner et de le suivre malgré lui pour ne pas perdre la face devant le public.


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 11 invités