Cold in July - Jim Mickle (2014)

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Blame
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 1451
Inscription : 06 mai 2005, 13:27

Cold in July - Jim Mickle (2014)

Messagepar Blame » 17 avr. 2014, 13:22

JIm Mickle ( We are what we are, Stake land) + Michael C. Hall avec un mullet.

Image

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Léo
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2730
Inscription : 11 mai 2005, 18:24

Re: Cold in July - Jim Mickle (2014)

Messagepar Léo » 13 oct. 2014, 07:04

Je suis mitigé. C'est très classique mais c'est pas le problème, le pitch en vaut bien un autre. La mise en scène est carré, le casting sympa, une ambiance néo 80's qui fait plaisir et une bande originale à base de boîte à rythme et de synthés analogiques que n'aurait pas renié Carpenter ! :lovely:

Le truc que j'ai pas compris c'est pourquoi avoir traité un sujet aussi dramatique de manière aussi légère, avec des persos aussi clichés et un second degrés dont on se serait bien passé. Du coup niveau ambiance et intensité c'est pas trop ça, malgré quelques passages où ça charcle. La fin est un peu plus brutal et moins "fun", mais ça ne fonctionne pas vraiment...

Dommage, ça aurait pu être une bonne claque. Au final c'est tout juste :epoustouflant:
Image

Avatar de l’utilisateur
Benj
Tsui Hark
Tsui Hark
Messages : 10021
Inscription : 11 mai 2005, 09:30

Re: Cold in July - Jim Mickle (2014)

Messagepar Benj » 07 nov. 2014, 16:19

Un peu pareil que Léo.
A l'instant où Don Johnson débarque le ton du film à le cul entre deux chaises, du coup ce qu'ils découvrent après devient moins grave que si le film était complètement noir.

Avatar de l’utilisateur
MONSIEUR OUINE
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 1403
Inscription : 11 oct. 2010, 20:09

Re: Cold in July - Jim Mickle (2014)

Messagepar MONSIEUR OUINE » 09 nov. 2014, 14:29

La force de 'Cold in july', c'est indéniablement son scénario, tiré du roman éponyme de Joe R. Lansdale (par ailleurs co-producteur du film). Beau casting : Sam Shepard, Don Johnson, Michael C. Hall (dont je n'arrive pas à savoir s'il est trop fade ou vraiment parfait pour ce rôle).

Dommage que la mise en scène de Jim Mickle soit si illustrative : sans surprise, bien torchée, mais sans éclat. Comme ses films précédents (We are what we are, Steakland), 'Cold in july' est à la fois intriguant mais jamais très passionnant. Dans le langage du monde d'avant, on pourrait dire que c'est un excellent DTV, mais pas vraiment un bon film de cinéma. Les personnages et le contexte sont puissants, mais Mickle semble passer un peu à côté de tout : la dimension tragique du perso de Shepard, les transformations psychologiques des personnages de Michael C. Hall et de Shepard, la plongée dans l'underground de la criminalité texane.
Image

Avatar de l’utilisateur
Nice Panda
Mario Bava
Mario Bava
Messages : 2927
Inscription : 31 janv. 2006, 13:41
Localisation : Somewhere over the rainbow

Re: Cold in July - Jim Mickle (2014)

Messagepar Nice Panda » 24 juin 2015, 10:47

Bien aimé pour ma part, tout comme, d'ailleurs, les deux premiers films du réal.

De la série B qui ne pète pas plus haut que son derrière. Peut-être sans rien d'original mais qui a le mérite de proposer quelque chose de carré et efficace.
Un solide emballage avec, en valeur ajoutée, cette patine 80's qui fait chaud au coeur - tout spécialement cette musique qu'on dirait sortie d'un Carpenter de la grande époque. :P

Last but not least : de chouettes acteurs avec une mention spéciale pour Don Johnson, qui se bonifie décidément avec l'âge et dont j'espère qu'il chopera, à l'avenir, LE rôle qui le sanctifiera comme il le mérite. :wink:
I believe in you, dude ! :banane:
Image

Avatar de l’utilisateur
DPG
Extincteur dans l'anus
Extincteur dans l'anus
Messages : 15613
Inscription : 30 avr. 2005, 00:09
Localisation : South Side

Re: Cold in July - Jim Mickle (2014)

Messagepar DPG » 14 mars 2016, 12:21

Bien aimé. C'est carré, efficace, une mise en scène plutôt élégante sans être trop clinquante, un score qui tabasse, un casting bien choisi. J'ai aimé aussi le scénar' à tiroirs, avec ses ruptures de ton, ses changements de direction, c'est surprenant, ça prend parfois quelques raccourcis, mais ça fonctionne. Après, il y a quelques choix un peu en dessous, quelques trucs un peu traités par dessus la jambe, mais globalement le bilan est très positif, bonne petite découverte, bon moment comme on aimerait en voir plus souvent !
"Alors que la plupart des choses finissaient par m'ennuyer, la vodka jamais." (Errol Flynn)


Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 33 invités