L'hôtel New Hampshire - Tony Richardson - 1984

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Jeremie
Gens Poutre
Gens Poutre
Messages : 6808
Inscription : 07 avr. 2008, 13:25

L'hôtel New Hampshire - Tony Richardson - 1984

Messagepar Jeremie » 25 déc. 2009, 22:44

Image

Idéal ce film pour la fin d'année :lovely: j'ai adoré !!

C'est le casting qui a eu tendance à me faire de l'oeil, sans parler des affiches rigolotes (finalement très hors-sujet) et de son statut de film relativement méconnu. N'ayant pas lu le roman d'Irving, la comparaison ne s'est pas opérée chez moi...

Professeur d'école, Win Berry inspire à une vie plus exaltante, et entraîne sa belle famille dans ses projets les plus fous, quoiqu'il advienne : rêveur, il reste encore tourné vers ses jeunes années, où il travaillait dans un grand et bel hôtel, là même où il rencontra sa femme, mais aussi Freud et son ours (????!!!).
Il décide alors d'acheter un pensionnat pour le transformer en hôtel bon marché : dans sa croisade, se joint alors le petit Egg et sa soeur Lily, frappée de nanisme, et les plus grands, l'athlétique John, le timide homosexuel Frank et la belle Frannie. Ce petit hôtel n'est pourtant que le début d'une longue aventure...

Malgré ses petits airs de comédie familiale sur le papier, Hotel new hampshire semble jouir d'une liberté de tons et d'un refus d'académisme assez grisant, s'adaptant naturellement au registre du tragi-comique dans les recoins les plus risqués (le côté splaspick parfois un peu malvenu, Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
). Se succède ainsi des éléments croustillants voire grotesques (le vieux chien qui pète de la famille qui fera des siennes, même empaillé) à d'autres infiniment plus graves (la mort intervient dans le récit de la manière la plus abrupte qui soit !). Dans son délire, HNH ne triche pas dans sa représentation de la vie, aussi douce que brutalement amère : toute la séquence de la nuit d'Halloween emprunte ce format, là où une simple facétie durant une coupure de courant aboutira au viol de l'insatiable Frannie.
La galerie de personnages et d'acteurs étonnent de minutes en minutes, d'une Jodie Foster au caractère bien trempée, au début d'une Amanda Plummers en vieille fille fan de Gatsby le magnifique, une Nastassja Kinski inhabituelle en lesbienne indomptée costumée en ours (!!) ou Matthew Modine dans un double rôle assez curieux. Trival, tragique, décalé, un vrai plaisir.
Le sublime score n'existe malheureusement pas en CD :? quant aux dvds, bof bof...

Image

Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 12 invités